Archives pour la catégorie Corporatif

Le saviez-vous en rafale

Pour faire suite aux questions du mardi sur notre page Facebook, plusieurs réponses en rafale..

Nos étudiants partent du centre de formation de Boucherville et vont à notre centre de formation de Québec, est-ce qu’ils montent ou descendent à Québec? Et si on part du  Lac-des-Seize-Îles, une municipalité des Laurentides comptant 205 habitants et située à l’ouest de St-Sauveur et qu’on se rend à Kiamika (un peu au sud de Mont-Laurier), est-ce qu’on monte ou on descend?

Ça vous a fait beaucoup jaser! L’habitude québécoise de monter quelque part et d’en descendre vient du fait qu’avant l’arrivée du chemin de fer et du réseau routier, les voyageurs utilisaient la voie maritime pour leurs déplacements. Selon Wikipédia  “À l’origine, cela suivait la direction du courant du fleuve St-Laurent (ou autre cours d’eau majeur selon la ville). Ainsi, on dirait « descendre à Québec » si on vient de Montréal ou « monter à Québec » si on vient de Rimouski par exemple. On pourrait également dire « descendre à Québec » si on part de la ville de Chicoutimi, en faisant référence cette fois au cours de la rivière Saguenay.”

Toutefois, le dictionnaire Larousse et le Robert nous indiquent plutôt que monter signifie: “Se diriger vers un lieu situé plus au nord” ou “ se diriger du sud vers le Nord.

Donc, traditionnellement, on descend à Québec quand on part de Boucherville car on descend le courant du fleuve, toutefois, linguistiquement parlant, on pourrait aussi monter à Québec car Québec est légèrement au Nord de Boucherville! Mais quand on part du Lac-des-Seize-Îles on monte définitivement à Kiamika!

Pour la question du 29 août:

On voit la “broche” (la ceinture d’acier) sur un des pneus d’une roue jumelée, est-ce: une défectuosité mineure? Une défectuosité majeure? Un constat d’infraction? Ou rien du tout?

C’est une défectuosité MINEURE lorsqu’un des deux pneus jumelés d’un même assemblage de roues présente : (9.2 sur la liste 1) une matière étrangère logée dans la bande de roulement ou dans le flanc et qui peut causer une crevaison ou (9.3 sur la liste 1) une coupure, de l’usure ou tout autre dommage et qu’on voit la toile de renforcement ou la ceinture d’acier. Et oui! Ce serait une défectuosité majeure si on voyait la broche sur les deux pneus d’un même assemblage.

 

Pour la question du 22 août:

Vous avez sans doute déjà remarqué qu’il y a des passages pour piétons peints en blanc et d’autres peints en jaune. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi?

On n’a eu que des réponses partiellement bonnes à cette question. La différence entre les lignes blanches et les lignes jaunes pour les passages de piétons sont déterminées par l’endroit où est situé le passage, aux intersections où il y a un feu de circulation ou un panneau d’arrêt. Les passages pour piétons sont délimités par des bandes jaunes lorsqu’ils ne sont pas situés à une intersection.

 

S’il y a des feux pour piétons et des feux de circulation, les bandes seront blanches et les piétons doivent respecter le feux pour piétons et traverser lorsque la silhouette blanche apparaît. La main clignotante accompagnée d’un décompte numérique signifie de traverser seulement si le piéton a le temps d’atteindre l’autre trottoir ou la zone de sécurité avant que le feu passe à la main orange fixe. • S’il y a seulement des feux de circulation le piéton a la priorité au feu vert. S’il y a des panneaux d’arrêt les piétons ont la priorité sur les automobilistes qui doivent immobiliser leur véhicule pour leur céder le passage.

Les passages pour piétons jaunes s sont indiqués par un panneau. Ces passages sont situés hors intersections, à des endroits où il n’y a pas de panneaux d’arrêt ni de feux de circulation. Les piétons y ont la priorité en tout temps.

Ne pas respecter les règles peut entraîner pour l’automobiliste ou le camionneur: une amende de 100 $ à 200 $ et des frais judiciaires et  jusqu’à 3 points d’inaptitude au dossier de conduite. Et ce même s’il n’y a pas de panneau indiquant l’amende ou la priorité..

Le SPVM a une page d’informations très intéressante sur le sujet, entre autre pour les amendes et points…

Il reste quelques questions qui n’ont pas eu de réponses encore. Pourquoi n’y a-t-il pas  de classe 7 sur nos permis de conduire, ai-je le droit de circuler avec 10 x 5 gallons d’essence dans ma camionnette et notre question sur les panneaux de circulation. On vous laisse jusqu’à jeudi prochain et on vous revient avec une nouvelles rafale de réponses!

Visitez notre page Facebook pour notre prochaine question du mardi!

Notre prochain DEP débute le 3 octobre. Embarquerez-vous avec nous?

Que ce soit pour l’obtention de votre permis classe 1 ou classe 3, ou pour la formation de perfectionnement sur certaines lois ou certains règlements (en groupe au centre de formation ou en entreprise), n’attendez pas pour changer de carrière ou mettre vos connaissances à niveau.

On dit qu’il manquera 52 000 chauffeurs d’ici quelques années  on le voit, on le vit, oui il y a une pénurie de chauffeurs mais difficulté à recruter ne signifie pas que les entreprises sont prêtes à embaucher n’importe qui. Le métier de camionneur implique beaucoup de responsabilités et nécessite une grande autonomie.  C’est important de bien choisir la formation qui VOUS convient. Nous offrons plusieurs types de cours de conduite allant de 4h pour quelqu’un qui ne souhaite que se remettre à niveau au DEP de 615 heures et entre les deux il y a autant d’options que de conducteurs ou de futurs conducteurs alors appelez-nous afin qu’on puisse discuter avec vous de ce qui vous permettra de devenir un conducteur professionnel.

Vous hésitez toujours? Venez nous rencontrer, il nous fera même plaisir de vous permettre d’assister comme observateur à une formation pratique. Appelez-nous et amorcez le changement!

À savoir lorsqu’on conduit un « pick up » et qu’on tire une remorque.

Pour conduire un véhicule de type “pick up” dont la masse nette (poids sur le certificat d’immatriculation est de moins de 4500kg on doit être détenteur d’un permis classe 5 et on peut tirer une remorque peut importe son poids ou sa longueur.

Toutefois, il est important de savoir que tout conducteur d’un véhicule ou d’un ensemble de véhicules (avec remorque ou roulotte par exemple) de 3 000 kg ou plus doit s’arrêter aux aires de vérification des freins afin de vérifier l’état des freins. Le Québec compte 12 aires de vérification des freins, dans la Capitale-Nationale, la Chaudière-Appalaches, la Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue et l’Outaouais.

Il faut aussi respecter la signalisation par rapport aux masses permises;

Ainsi que l’obligation d’utiliser la voie de droite afin de permettre aux véhicules plus rapides de vous dépasser (là où c’est prescrit).* Notez que ce panneau s’applique à tout type de véhicule même les voitures;

Vous devez enfin savoir que si votre véhicule ou la remorque qu’il tire a un PNBV (masse nette du véhicule à laquelle on additionne la capacité de chargement – on le trouve sur l’étiquette de la porte ou sur la remorque) et que vous l’utilisez à des fins commerciales, vous serez considéré comme un utilisateur de véhicule lourd, au même titre que les chauffeurs de tracteurs routiers avec une semi-remorque, et vous devrez vous conformer:

  • au Règlement sur les heures de conduite et de repos,
  • effectuer une ronde de sécurité,
  • respecter les normes d’arrimage,arrêter aux postes de contrôle routier (lorsque les feux clignotent (si vous conduisez un véhicule d’une masse nette d’au-moins 4000 kg),
  • Et plus encore…

Enfin, dans notre exemple, le pick up ayant une masse nette de 4200kg devra être immatriculé avec un Plaque L, Camions et ensembles de véhicules routiers et vous devrez payer selon le nombre d’essieux du véhicule et de la remorque

*(à l’exception:  des essieux de toute remorque dont l’espace de chargement a une longueur inférieure à 4 m; des essieux d’une remorque-outil qui ne sert à transporter que l’équipement, l’outillage ou l’ameublement dont elle est équipée en permanence; des essieux d’une roulotte, etc).

La SAAQ a sur son site, une page fort intéressante pour les particuliers conduisant un véhicule léger avec une remorque:

https://saaq.gouv.qc.ca/transport-biens/particulier/remorque/

Et bien sûr, si vous conduisez un véhicule commercial considéré comme lourd, nous avons la formation: les obligations des utilisateurs de véhicules lourds qui pourrait certainement vous intéresser.

Vous êtes gestionnaire d’une entreprise de transport et avez des questions, contactez-nous afin d’organiser une formation

Plusieurs propriétaires ou exploitants de véhicules lourds ignorent qu’ils le sont ou encore sous-estiment les nombreuses obligations qui viennent avec l’exploitation ou la propriété d’un ou plusieurs véhicules lourds et ignorent à quel point ce manque d’informations peut leur coûter cher. Pour paraphraser une pub célèbre, face au contrôle routier du Québec et à la Commission des Transports , ne pas connaître ses obligations, ça a définitivement un prix!

Depuis le 1er janvier 2011, on entend par véhicule lourd, les véhicules routiers (à usage commercial) dont le poids nominal brut  totalise 4 500 kg ou plus. Le PNBV correspond au poids du véhicule additionné de sa capacité de chargement Les autobus, les minibus, les dépanneuses et les véhicules routiers assujettis au règlement sur le transport de matières dangereuses sont aussi des véhicules lourds peu importe leur poids. Cette définition inclut donc de nombreux véhicules de type « pick-up », des fourgons de type Hiho, des véhicules qui tirent une remorque qui a un PNBV de 4500 kg, etc. Pas besoin d’être gros pour être un lourd! Ce sont des véhicules largement utilisés par les gens de la construction: électriciens, plombiers, gens de paysagement, d’excavation, etc.

Habituellement, le PNBV est indiqué sur l’étiquette de conformité du véhicule. Celle-ci est apposée par le fabricant dans la portière du véhicule, du côté du conducteur. Sur les remorques, l’étiquette de conformité est apposée à l’extérieur de la remorque, du côté du conducteur. En plus du PNBV, l’étiquette de conformité indique l’information générale sur le véhicule telle que la marque, le modèle, l’année de fabrication ou le nom du fabricant.

Lorsque vous êtes propriétaire ou exploitant de véhicule(s) lourd(s) vous êtes assujettis à plusieurs lois et règlements qui vous sont spécifiquement destinés comme les heures de conduite et de repos, la ronde de sécurité, la tenue de dossiers très spécifiques pour vos conducteurs et vos véhicules, l’arrimage des charges, la signalisation spécifique aux camions, etc.

La SAAQ a publié le guide intitulé Obligations des utilisateurs de véhicules lourds, offert gratuitement dans tous les points de service de la SAAQ, ainsi qu’en ligne à l’adresse suivante : www.saaq.gouv.qc.ca. C’est une mine d’or d’informations. On y trouve également des références à d’autres documents plus détaillés qui présentent chaque règlement plus en profondeur.

Toutefois ce n’est pas toujours facile de comprendre toutes les subtilités et surtout les effets (convocation à la CTQ, amendes allant de 700$ à 2100$, etc.) alors si vous êtes propriétaire ou exploitant de véhicule lourd et que vous avez des questions concernant la tenue de vos dossiers chauffeurs ou véhicules, vos obligations par rapport à la ronde de sécurité ou du suivi des heures de conduite  ou si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à notre formation de gestionnaires. Quelques heures très bien investies…

Il nous reste de la place pour la formation de cariste du 17 mai. Inscrivez-vous sans tarder!

La formation de cariste est définitivement un atout pour toute personne souhaitant obtenir un emploi en entreposage ou dans le milieu manufacturier.

Les employeurs ont la responsabilité de s’assurer que les gens qui utilisent leurs chariots élévateurs ont les habiletés et les connaissances pour accomplir leur travail de façon sécuritaire et le fait pour un candidat à l’emploi de pouvoir démontrer qu’il maîtrise les règles de sécurité et qu’il a un certificat qui l’atteste peut faire la différence à l’embauche.

Comme l’objectif principal d’Extra Centre de Formation est de vous aider à développer vos compétences et de vous permettre d’obtenir l’emploi que vous souhaitez et que nous savons que tous n’ont pas les mêmes besoins de formation; nous avons discuté avec des employeurs et des participants à nos formations de caristes et nous avons développé une nouvelle offre de formation qui répond encore mieux aux besoins variés de nos étudiants.

 #1 : Formation de base :

Le cours de chariot élévateur de base dure une journée, soit la théorie en avant-midi et la partie pratique en après-midi.  Le cours débute à 8:00 et se termine vers 16:30.

Cette formation permet au candidat de développer une connaissance de base sur 2 types de chariots: 1 contrebalancé standard et un qui se travaille debout de type Reach et de pouvoir les manœuvrer de façon sécuritaire.

Si vous n’avez jamais travaillé avec un chariot élévateur et souhaitez développer une plus grande maîtrise afin d’être plus concurrentiel sur le marché du travail, 2 options s’offrent à vous :

  • vous pouvez choisir d’ajouter une 2e journée de formation au cours de base. Pendant cette 2e journée, consacrée à la pratique, vous aurez la chance de pratiquer en situation réelle d’entreposage et vous apprendrez à manipuler le transpalette électrique (une corde de plus à votre arc!) ou;
  •  vous pouvez choisir d’avoir une formation individuelle au coût de 70$/heure pour un minimum de 2h de pratique.

#2 : Renouvellement (mise à jour):

Si vous avez de l’expérience en tant que cariste mais que votre carte n’est plus valide, que vous l’avez égarée ou que vous n’en avez jamais eu, vous pouvez vous inscrire à la formation de mise à jour. Lors de la formation, vous assisterez à la portion théorique de la formation en avant-midi et un enseignant vous évaluera en début d’après-midi. La formation dure environ 5 heures au total.

 Notre prochaine formation se tiendra mercredi le 17 mai (la 2e journée, si cette option vous intéresse, se déroulera jeudi le 18 mai), vous pouvez aussi jeter un coup d’œil sur notre horaire au http://extracentredeformation.ca/dates-formation-professionnelle pour avoir plus de dates.

 Si vous optez pour une formation individuelle supplémentaire de 2 à 4 heures, vous pouvez choisir le moment qui vous convient du lundi au vendredi de 8h à 20h (selon nos disponibilités).

 Nous vous remettons votre carte de compétence sur place, à la fin du cours lorsque vous réussissez l’évaluation théorique et l’évaluation pratique.

Pour les employeurs, nous offrons la formation de cariste directement dans vos installations mais il nous fera aussi plaisir d’accueillir vos employés lors de nos formations de groupe ici, au centre de formation. Nous comprenons qu’il est parfois difficile de libérer un groupe d’employés au même moment  alors qu’il pourrait être  plus simple de nous les envoyer un ou deux à la fois. N’hésitez pas à nous contacter,  que ce soit pour une formation initiale ou un renouvellement.

 

 

La période de dégel débute officiellement le 27 février 2017 en zone 1

Comme chaque printemps, le Ministère des transports détermine les dates de la période de dégel pour les trois zones de dégel que compte le territoire québécois.

Pendant la période de dégel, les véhicules lourds circulant sur le réseau routier doivent réduire le poids de leurs chargements en conformité aux limites imposées par le Règlement sur les normes de charges et de dimensions applicables aux véhicules routiers et aux ensembles de véhicules routiers.

Pendant cette période, les opérations de contrôle routier sont plus nombreuses, les postes de pesée sont plus souvent ouverts et en cas de  surcharge, que celle-ci soit axiale ou sur la masse totale, tout conducteur de véhicule lourd intercepté devra répartir autrement sa charge sur les essieux ou décharger l’excédent avant de reprendre la route. N’oubliez pas que les infractions concernant les surcharges entraînent des points au RPEVL (dossier des propriétaires et exploitants de véhicules lourds). Évidemment, un contrôleur routier n’est pas tenu, parce que c’est la période de dégel, de ne vérifier que le poids du véhicule. Assurez-vous donc que tous les conducteurs effectuent adéquatement leur ronde de sécurité, respectent le règlement sur les heures de conduite et de repos et connaissent bien les obligations des utilisateurs de véhicules lourds.

Le Guide des normes de charges et dimensions des véhicules routiers donne toutes les informations utiles à l’établissement des limites de charges axiales et totales. Toutefois, il est parfois un peu difficile de s’y retrouver. N’hésitez donc pas à nous contacter pour une formations sur les normes de charges et dimensions.

Profitez de la semaine de relâche pour vous inscrire à une formation de cariste!

Plusieurs personnes nous contactent pour nous demander des renseignements sur la formation de cariste, ils veulent entre autre savoir si la formation est obligatoire, si le certificat (la carte de chariot-élévateur) est requise et s’il doit être renouvelé aux trois ans et quels sont les critères d’inscription.

Réglons tout d’abord les critères d’inscription:

  • tout cariste doit avoir au moins 16 ans pour conduire un chariot élévateur et au moins 18 ans si le chariot est utilisé sur un chantier de construction. Dans le cas où  le chariot élévateur est utilisé sur la voie publique, deux conditions s’appliquent : le véhicule doit être immatriculé et le conducteur doit détenir un permis de conduire. Nous savons que la formation de cariste peut être un atout pour un étudiant en recherche d’emploi d’été.

Extra Centre de formation offre donc une formation de cariste vendredi le 3 mars afin de permettre aux étudiants du secondaire ayant 16 ans ou plus de profiter de leur semaine de relâche pour suivre le cours. Nous organisons aussi une formation le 18 mars pour les étudiants du collégial. Bien entendu, tout le monde peut s’inscrire, étudiant ou non!

Maintenant, le cas de la formation obligatoire:

selon l’article 256.3 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail:
« Un chariot élévateur doit être utilisé uniquement par un cariste ayant reçu:
 

1°    une formation qui porte notamment sur:

les notions de base relatives aux chariots élévateurs;

  •  le milieu de travail et ses incidences sur la conduite d’un chariot élévateur;
  • la conduite d’un chariot élévateur;
  • les règles et mesures de sécurité;

 2°    une formation pratique, effectuée sous la supervision d’un instructeur, qui porte sur les activités liées au chariot élévateur, tels le démarrage, le déplacement et l’arrêt, la manutention de charges et toute autre manoeuvre nécessaire à la conduite d’un chariot élévateur.

La formation pratique doit être réalisée, dans un premier temps, si possible, à l’extérieur de la zone réservée aux opérations courantes et être ensuite complétée dans la zone habituelle de travail.

De plus, la formation prévue aux paragraphes 1 et 2 comprend les directives sur l’environnement de travail, les conditions spécifiques à celui-ci ainsi que le type de chariot élévateur qu’utilisera le cariste. »

Si un inspecteur visite votre entreprise, il pourrait vérifier si les caristes ont reçu de la formation. Il pourrait les observer, les questionner, tester leurs connaissances et  demander à l’employeur de démontrer qu’ils ont bien été formés, quand?, par qui? quel était le contenu de la formation? et pourrait vous demander des preuves de formation.

C’est pourquoi, chez Extra Centre de formation, nous émettons des cartes de compétence sur lesquelles sont inscrits tous les points abordés pendant la formation. 

Donc, oui la formation est obligatoire mais existe-t-il une carte de compétence obligatoire pour les caristes. Non. Mais L’employeur doit s’assurer que la formation donnée est adéquate, qu’elle est donnée par une personne compétente (interne ou externe) et, qu’après la formation, les caristes ont les habiletés et les connaissances pour accomplir leur travail de façon sécuritaire.

Une fois de plus, Extra Centre de formation vise à faciliter la vie des employeurs en leur remettant, suite à la formation, un plan de cours détaillé et une copie de l’évaluation pratique de leurs employés.

Enfin, la question qui tue: est-ce que la formation de cariste doit être renouvelée aux trois ans? Non.

Rien dans la législation n’oblige un employeur à former à nouveau une personne à intervalles réguliers. Le RSST fait référence, à l’article 256, à deux normes concernant la construction des chariots élévateurs. Ces normes traitent également de la formation et dans la norme CSA B335, il est écrit que les caristes doivent procéder à une mise à jour de leurs connaissances au moins tous les trois ans. Mais comme le RSST ne réfère pas à ces normes en matière de formation , elles ne sont pas d’application obligatoire. Il n’y a donc pas d’obligation à former automatiquement les caristes tous les trois ans.

Est-ce que c’est une bonne pratique d’exiger que les caristes soient reformés tous les 3 ans? Oui car la mémoire est une faculté qui oublie mais est-ce obligatoire, non. Certaines entreprises l’exigent et c’est leur droit le plus strict. Alors, une fois de plus, chez Extra Centre de formation, par souci de transparence, nous avons choisi de respecter la Loi tout en donnant une information complète aux employeurs. Notre formation de cariste répond aux critères indiqués aux Normes CSA B335 et ANSI B56.1 mais nos cartes n’indiquent que la date d’émission (c’est à dire la date du cours). Si, en tant qu’employeur, vous souhaitez un renouvellement aux 3 ans, il vous sera facile de calculer la date et sinon, vous pourrez utiliser les cartes tant que vous voudrez. Mais n’oubliez pas, la CSST exige des résultats de la part des employeurs, si un cariste vous semble avoir des lacunes, commet des imprudences, a à utiliser un nouveau type de chariot-élévateur qu’il ne connaît pas, n’hésitez pas à nous contacter, nos enseignants qualifiés sauront vous offrir le soutien qui convient.

Que vous optiez pour une formation de groupe à nos bureaux ou pour une formation privée en entreprise,  n’hésitez pas à nous contacter. Il nous fera plaisir de vous aider.

Début des formations de 40h, 56h et 150 ou 200h le 26 janvier

Notre nouvelle cohorte de formation de 56h, 150h ou 200h débutera le 26 janvier. Une belle façon de débuter une nouvelle carrière! Si c’est la classe 3 qui vous intéresse, vous pouvez aussi choisir un cours de 32h (16h de théorie et 16h de pratique).

La formation de 56h est conçue pour des candidats ayant déjà un peu d’expérience en transport (conduite de camion-porteurs, de remorqueuse, candidats ayant leur classe 1 qui n’ont pas pratiqués depuis quelques années) au fond, c’est une formation de perfectionnement. Cette formation est aussi excellente pour une entreprise qui souhaite amener certains de leurs employés à obtenir leur classe 1.

Le 56h comprend: 16h de théorie (selon vos besoins)  et 40 heures de pratique. Après la théorie, vous pouvez aller passer votre examen d’apprenti-conducteur et nous organiserons vos pratiques en fonction de votre date d’examen à la SAAQ ou, si vous avez déjà votre permis d’apprenti,  vous pourrez tout de suite pratiquer selon vos disponibilités.

Pour ce qui est du 150 / 200h, la distinction vient du fait de choisir de faire un stage de 50h ou non. Pour un futur conducteur inexpérimenté qui ne peut, pour toute sorte de raison, faire le DEP 5291, c’est une bonne option car elle vous offre de bons outils de départ: 48h de formation théorique incluant: 8h sur le Code de la sécurité routière,8h sur les freins pneumatiques, 8h sur la vérification avant départ – théorie et laboratoire et 4h sur les heures de conduite et de repos, 4h sur le transport de marchandises dangereuses, 8h sur la Loi concernant les PECVL et 8h sur les masses et dimensions. La théorie est suivie de 102 de pratique en équipe de 2 – conduite et observation. À la fin de cette formation, vous serez un conducteur professionnel!

Pourquoi nous choisir: pour obtenir un service personnalisé (chez nous pas de groupe de 20 étudiants, pas de pratique à 3 ou 4 étudiants dans le même camion, vous n’êtes pas plus de 2 par pratique – ou seul avec un formateur pour les 40h ou 56h), pour le professionnalisme et les compétences de notre équipe et surtout pour RÉUSSIR.

Appelez-nous, notre équipe vous attend!

Le saviez-vous? Notre bureau de Québec offre la formation de chariot élévateur!

Vous avez besoin d’une formation de chariot élévateur dans la région de Québec?  Nous avons la solution pour vous!  

Où: à notre bureau de Québec au 2160, Lavoisier, Ste-Foy.

Vous avez besoin d’une formation complète ou du renouvellement de votre carte, nous pouvons vous donner la formation le samedi, soit pour des cours individuels ou à tout moment pour des cours de groupe.  

Communiquez avec Michel Hudon au 418-681-7173 ou 1-800-263-7173.

 

Une vedette parmi nous!

Lors du tournage d’une vidéo corporative pour Extra Multi-Ressources et le centre de formation, Michel, un de nos enseignants a pu mettre ses talents d’acteur et de conducteur de l’avant.

Très beau bonhomme n’est-ce pas!

Merci aux participants à la vidéo, on a bien hâte de voir ça d’ici quelques mois.